Rechercher un article, un évennement, un acteur à l'aide de mots clé    

Agylus et Marsius : des compagnons d’armes à l’origine d’un village de notre Pays

Auteur : Gaston  Créé le : 04/08/2021 20:29
Exporter l'article au format pdf

NB:Au moment où « Racines du Pays Loire-Beauce » réalise l’inventaire des patrimoines de notre Pays dans le cadre de Patrimoscopia, l’histoire d’Agylus racontée par son compagnon d’armes Marsius, pourrait inspirer tous les édiles de nos communes et les inciter à rechercher la génèse des racines de leur village et à la partager avec leurs concitoyens.

Note de lecture

Au moment de sa mort le 27 novembre 511, alors que le concile d’Orléans réuni depuis six mois reconnaît le caractère spirituel de l’autorité du roi franc, Clovis premier, roi mérovingien, transmet son royaume à ses quatre enfants : Thierry à Metz, Clodomir à Orléans, Childebert à Paris et Clotaire 1er à Soissons. Leurs règnes sont marqués par une suite de meurtres et d’atrocités tant vis à vis de leurs ennemis que des membres réfractaires de leur famille. En 546, alors que Clotaire a étendu son emprise sur le royaume franc, deux jeunes francs se retrouvent à Soissons où ils vont recevoir une formation très complète pour l’époque, latin, calcul, mais aussi maniement des armes et dressage des chevaux, destinée à faire d’eux des guerriers. C’est à cette occasion que, d’Agylus et Marsius se rencontrent. Ce sera la naissance d’une amitié et d’une complicité qui ne s’arrêtera qu’avec la mort de l’un d’eux.

A partir de 551, alors qu’ils n’ont que 16 et 17 ans, ils vont participer à leurs premières batailles, au côté de Clotaire puis de Gontran C’est sous le règne de ce dernier qu’ils font connaissance des bords de Loire à l’ouest d’Orléans. Ils décident de s’y installer et vont construire le domaine d’Agylus qu’ils développent entre deux batailles.

Après leur victoire sur les Lombards en 572, nos deux amis vont travailler à conforter et à développer leur domaine ; Ils ont sédentarisé un bon nombre d’esclaves qui constituent leur force de travail.

En 575 l’un d’entre eux va cependant réussir à s’échapper et à se réfugier dans la grotte de Saint Maximinus en bordure de Loire. Alors qu’il entreprend de rattraper le fugitif, Agylus est désarçonné de son cheval et tombe lourdement à terre à l’approche de la grotte. Le cheval comme les serviteurs qui accompagnent Agylus sont stoppés par une force invisible et incapables de poursuivre leur mission.

Dans les jours qui suivirent cet évènement, Agylus toujours sujet à des convulsions essaiera de faire comprendre un message à son ami : <faute, Jésus, pardon> puis < si guérir construire chapelle>.

Ce sera le début d’une métamorphose qui conduira Agylus à la sainteté.

Il laissera à son ami Marsius cet enseignement primordial que chaque être devrait porter vers l’autre:<La douceur avec force> reçoit en retour<La force de la Douceur>.

 

 

LBE a aimé ce roman qui nous a fait découvrir l’origine de la ville de Saint Ay.


Partager | |