Rechercher un article, un évennement, un acteur à l'aide de mots clé    

Jean POINTEREAU :le rêve d'un beauceron pilote des Présidents

Auteur : rplb  Créé le : 22/11/2013 17:20
Modifié le : 02/12/2013 14:18

 

Avertissement : ce témoignage a été recueilli avec la complicité de Robert CHAUVIN compagnon de vol de

Jean POINTEREAU

 

Jean Pointereau a vu le jour le 21 Juin 1926 à Epieds en Beauce, à l’époque des avions en bois et en toile, l’aéropostale en était à ses balbutiements, Lindbergh n’avait pas encore traversé l’Atlantique, et l’Armée de l’Air n’était pas née.

Ses parents, René POINTEREAU et Jeanne CHEVALIER étaient agriculteurs à Saintry sur la commune d'Epieds en Beauce. Ses grands parents paternels Eugène POINTEREAU et Zoé FAUCHEUX vivaient également à Epieds en Beauce

 

Le rêve

Après son certificat d’étude, il travaille chez ses parents comme aide familial, mais en suivant la charrue tirée par deux chevaux, son regard est sans cesse attiré par les avions qui partent de Bricy.

C’est là que se décide son avenir d’aviateur.

Dans le but d’être un jour pilote, il suit des cours par correspondance à l’école Professionnelle Supérieure de Paris, de 1945 à1947. Parallèlement, il s’inscrit à aéro-club de Meung sur Loire et vole sur Stampe SV4

Il effectue son service militaire du 18 Novembre 1946 au 18 Novembre 1947.

Il passe son brevet de pilote de tourisme 1° degré le 17 Août 48 et son brevet C de pilote de planeur le 4 Novembre 49.

C’est là qu’il décide de faire de l’aviation son métier, au grand désespoir de son père qui aurait voulu qu’il reprenne l’exploitation familiale 

.

L'engagement

Il s’engage pour cinq ans dans l’armée de l’air le 16 Avril 1952, après avoir réussi le concours d’entrée à Chartres, les tests psychotechniques à Versailles, et avoir satisfait à la visite médicale à Paris.

Après ses classes à Aulnat-Clermont-Ferrand et un stage sur StampeSV 4C à Mitry Mory, d'où il sort deuxième, il part à l’école de pilotage de Marrakech du 23 Février 53 au 27 Février 54. Il en sort premier sur 39. Il a été nommé sous officier le 1° Août 53.

Il choisit le transport et fait sa spécialisation bimoteur à Avord ou il obtient son brevet de pilote militaire le 25 Août , 2eme de sa promotion.

Affecté à Orléans-Bricy, il est nommé officier le 1er septembre 1954

 

Le mariage avec Renée LETRANGE

Le 4 Septembre 1954, il épouse Renée Institutrice.

 

Entre temps avec ses heures de pilote militaire il obtient son brevet de tourisme second degré

Après un bref passage au « Touraine » à Bricy, il est affecté à Pau ou il vole sur Ju 52 et C47 pour les Paras.

Retour à Bricy en Juin 55, entraînement sur Noratlas (Nord 2501), puis stage de qualification à Toulouse, au CIET, d’où il sort premier.

Fin 56, premières opérations de guerre au Moyen Orient, à Port Saïd, sur le canal de Suez.

 

Vol à voile

Jean POINTEREAU n'est pas seulement un pilote d'avion, il nourrit une réelle passion pour le vol à voile. Du 1er au 30 juin 1956, il effectue un stage sur la Montagne noire à Revel. Il passe les épreuves de durée et d'altitude et obtient l'insigne d'argent de vol à voile.

 

 

Les missions en AFN

Il participe aux transports liés aux opérations de maintien de l'ordre en AFN-Sahara. C’est là que nous faisons connaissance, en particulier au cours d’une mission mémorable qui nous a conduit en 11 jours à Oran, Casa, Agadir, Alger, Telergma , Marrakech, et surtout Foum el hassane dans le sud marocain, une piste en cailloux au milieu de nulle part.

<>

témoigne Robert CHAUVIN

Puis du 1° Mars 60 au 30 Mai 62, il est affecté comme leader pilote (on dit maintenant Chef des pilotes) au GSRA 78 à Colomb-Béchar ou il vole sur Dakota, JU 52, et Broussard.

 

  

Le GLAM

A son retour, il est affecté au GLAM,(Groupe de liaisons aériennes ministérielles) à Villacoublay. Là, il va voler sur plusieurs types d’avions, mais surtout sur Caravelle

SE 210, où il a la responsabilité de transporter les plus hautes autorités de l’état, en particulier celui qui reste dans l’histoire comme le Français le plus prestigieux du 20ème siècle, le Général De Gaulle. Il effectue la majeure partie des voyages présidentiels de Mai 63 à Juillet 1965.

 

Du 27 mai au 1er juin 1965, sur Caravelle il effectue le vol Orly-Beyrouth-Téhéran-Kandahar-Kaboul-Kandahar-Beyrouth-Nice-Orly pour ramener en France le dernier roi d'Afganistan ZAHER SHAH que son cousin le prince DAOUD venait de destituer pour établir la république

 

Les voyages présidentiels

L'expérience acquise des avions de transport à réaction le désigne tout naturellement pour être qualifié sur quadriréacteur Douglas DC 8. Il continue sur cet avion à effectuer les voyages présidentiels, d’abord avec le Général De Gaulle, puis avec le Président Pompidou.

Du 25 août au 13 septembre 1966 il accompagne le Général de Gaulle dans son tour du monde qui le conduit successivement à Djibouti, au Cambodge, en Nelle Calédonie, en Polynésie Française et en Guadeloupe.

Et du 18 au 26 juillet 1967 il est aux commandes de l'avion présidentiel pour le voyage au Québec (libre !)

 

l pilote le DC8F présidentiel pour transporter le Président POMPIDOU aux USA, en Afrique et pour le déplacement en Islande le 30 mai 1973

 

Entre temps, en 68, un Escadron de transport long courrier, « l’Esterel », a été créé. Il y est affecté comme leader pilote DC 8 et chef des Opérations.

Il est nommé Commandant le 1° Juin 71.

Outre les voyages présidentiels, ses missions le conduisent souvent dans le Pacifique où ont lieu les essais atomiques français.

Et puis, les meilleures choses ayant une fin ,il atteint la limite d’age de pilote. C’est la fin des vols. Il quitte l’armée de l’air avec plus de 10 000 heures de vol.

 

Air France

Après un stage de formation aux affaires il est nommé Lieutenant Colonel pendant son congé de Personnel Navigant. Il entre à Air France comme ingénieur principal, chef de la subdivision entraîneur au vol et radiotéléphonie au Centre d'instruction d'Air France à Vilgenis jusqu'en juin 1981 date à laquelle il fait valoir ses droits à la retraite.

Ce Beauceron d'Epieds en Beauce aura l'occasion de faire un vol supersonique sur Concorde le 17 juin 2000, comme passager

Retiré à Meung sur Loire il nous a quitté le 26 octobre 2013.

En guise de conclusion

Voilà l'histoire de la vie bien remplie d'un citoyen du Pays Loire-Beauce qui démontre qu'avec un peu de courage, de chance, et beaucoup de passion on peut accomplir son rêve d'enfance avec énormément de plaisir

 

Quelques unes de décorations reçues par Jean POINTEREAU

Chevalier de la Légion d’honneur

Officier de l’Ordre National du Mérite

Croix de la valeur militaire avec deux citations

Médaille de l’aéronautique 29 février 1972

Croix du combattant. Commémorative M.O. et AFN

Médaille commémorative Française des Opérations au Moyen-Orient

Médaille de l’Étoile Jordanienne de quatrième degré 28 décembre 1964

Chevalier de l'Ordre de sa Majesté la Reine du Cambodge le

2 septembre 1966- N° 473

Chevalier de l'Ordre du Mérite Civique du Tchad le 19 février 1972 N°1853

Officier de l'Ordre Nationale du Mérite Togolais, le 23 novembre 1972

Chevalier de l’Étoile d'Honneur d’Éthiopie le 17 janvier 1973

 

CIET : Centre d’instruction des équipages de transport

GSRA : Groupe Saharien de Reconnaissance et d’appui

ANORAA  : Association Nationale des Officiers de Réserve de l »Armée de l’Air

ANTAM  : Association Nationale du Transport Aérien Militaire

FNACA  : Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Algérie

 

Quelques témoignages reçus par Jean POINTEREAU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les remerciements du Général et du Premier Ministre

 

 

 

 

 Décoration Cambodgienne

 

 

Décoration Éthiopienne (Original et Traduction)

Décoration Jordanienne (Original et traduction)

On trouvera plus de détails sur la vie et la carrière de Jean POINTEREAU sur le site:http://www.stanisdesign.com/jpointereau/html/


Partager | |