Rechercher un article, un évennement, un acteur à l'aide de mots clé    

La Croix de la route d'Ourcis. Charsonville

Auteur : Gaston  Créé le : 24/11/2019 23:42
Exporter l'article au format pdf

Cet article inaugure, en avant première du projet< I 2PLB> ce que <loirebeauce-encyclopedia.fr> ambitionne de recenser pour mieux faire connaître tous les éléments constituant le patrimoine remarquable du Pays Loire Beauce..

La commune de Charsonville, grâce à l'énorme travail de Patrick THAUVIN-GASNIER, apporte ici, complété ultérieurement par la géolocalisation, ce qui peut être envisagé pour chacune des 48 communes du Pays Loire Beauce.

La Croix de la route d'Ourcis

Photo de la croix de la route d'Ourcis en 2006

Cette croix de carrefour (en fer forgé) était nommée la « croix d’Ourcis » sur le cadastre napoléonien levé en 1829, avant de devenir plus tard la croix de « la route d’Ourcis » (peut être en 1957 lorsqu’une croix fut implantée à l’entrée du hameau d’Ourcis et pris le nom de « croix d’Ourcis »).

Cette croix existait déjà au 18 ème siècle car elle est notée sur un bail de la ferme de la « basse cour » daté de 1780. Elle fut également dessinée sur le plan cadastral de 1829 (voir ci-dessous) et sur la carte d’état major de 1820-1866 (voir ci-dessous).

Elle est implantée dans l’ancien carrefour (voir plan ci-dessous) de la route de Charsonville à Ourcis et de l’ancien chemin d’Ouzouer à Patay qui a disparu après le remembrement d’après guerre.

D’après les éléments de Claude Dupuis celle qui la précédait était en fonte coulée et elle fut accidentée par un engin agricole. Cette croix de fonte était récente. Elle a été posée en remplacement d’une croix qui avait été mise à mal par des individus à l’époque du Front Populaire en 1936. La croix actuelle fut posée vers 1972 par un artisan. Il changea la stèle, qui était fendue, et il la remplaça par une stèle en pierre de l’ancien cimetière d’une hauteur de 45cm. Il dégagea aussi le socle en pierre partiellement enterré. La croix est l’œuvre de Simon Dupuis, qui la fabriqua en 1929, et la posa sur la tombe (d’où la présence d’un christ sur la croix) de son père décédé la même année. Les travaux de restauration et de maçonnerie sont l’œuvre de Claude Dupuis, fils de Simon Dupuis, ancien artisan, associé à ses frères, au bourg de Charsonville.

Le romantisme a marqué de son maniérisme cette croix tombale en la parant de fines volutes et de vrilles. Les 3 extrémités de la croix, réduites en boule, sont pourvues d’une flamme. Les 4 volutes servent d’équerrage pour maintenir les bras de la croix. Les volutes du pied de la croix forment un cœur comme celle située au pied du christ.

La croix mesure 1,92 X 1,23m. Le dé en pierre mesure 0,64m de hauteur (hors socle).

La tête du Christ, présent sur la croix (voir photo ci-dessous), est levée à droite et ceint d’une couronne d’épines. Le périzonium (l’étoffe qui cache la nudité du Christ) est noué devant. Les pieds joints sont posés sur un suppedanum. Le Christ est représenté crucifié avec 4 clous. Les pieds sont côte à côte (représentation datant du XVIIe siècle). Les bras sont relevés.

La Croix en 2019

Détails du Christ en croix

 

 

 

 

 

 

Extrait du cadastre Napoléon en 1829

Carte d'état major vers 1840

Extrait du bail de 1870

 


Partager | |