Rechercher un article, un évennement, un acteur à l'aide de mots clé    

Villeneuve sur Conie au 18ème: Chorographie par l,abbé BORDAS

Auteur : rplb  Créé le : 23/05/2013 15:23
Modifié le : 23/05/2013 15:30

 

Histoire chorographique de Villeneuve sur Conie;

Au 18ème, les villages de l'Ouest du département du Loiret étaient rattachés au comté du Dunois

Quelques informations liminaires sur l'Abbé BORDAS et l'histoire du Comté de DUNOIS ,

L’œuvre de l'Abbé BORDAS, ancien curé d'Ymonville qui a été rééditée en 1884 puis plus récemment en 2007 se situe dans la continuité de travaux réalisés sur cette région par quatre auteurs

L'étude chorographique (histoire d'un Pays) de l'Abbé BORDAS a été publiée en 1762.

Elle faisait suite au travail de Raoul BOUTRAYE, rédigé en latin en 1627.

César-Augustin COSTE avait composé un poème sur le Comté en 1604.

L' Abbé GARCIS avait lui, écrit un petit mémoire sur la période 1567-1598 qui venait compléter le travail de Michel MARTIN qui rédigea son œuvre en1575 .

En français du 18ème

VILLENEUFVE-SUR-CONNIEN (Villa Nova ad Laconiam), fur la branche de cette riviere qui prend fa fource entre ce bourg, où elle remonte en partie, & Peronville, où l’autre partie defcend, eft à douze mille trois cent toifes de Châteaudun, & de fon fiége de juftice en premiere inftance. La playe que le calvinifme a fait à cette paroiffe, entretenüe, à ce qu’on prétend, par des curés ou deffervants fauteurs dans le cœur de cette prétendüe réforme, n’eft pas encore fermée. Quoyque prefque tous les paifans fréquentent l’Eglife, il y en a beaucoup qui affiftent aux Saints Myfteres contre leur croyance. Ils en détournent la vüe dans les moments les plus précieux, fe collent le vifage contre les murailles, quelquefois mefme fans fléchir le genoüil.

Le fief du VIVIER, prés le bourg, eft regardé comme le premier entre les autres, & fes poffeffeurs ont l’ufage des droits honorifiques dans l’Eglife, dont la pauvreté fe fent de l’indifférence des paroiffiens pour la Religion catholique. Il ne refte du manoir du Vivier, fur le bord du marais, que les veftiges de deux colombiers. Il fait aujourduy partie du domaine de LA DETOURBE, fur le chemin de Patay, dont Loup Laumofnier, Sr de Sainville, paroiffe de Villampuy, étoit propriétaire en 1615. Ces objets ont paffé aux de Tacher, dont le dernier poffeffeur vient de les vendre au Sr Blét (a), prévôt de Bonneval.

BREVIANDE & VAUROBERT, fiefs, ont un propriétaire commun. Loüis de Roulais a poffedé Bréviande. Guillaume de RocheChoüart de Jais (b) en joüiffoit en 1540 ; Louis de Courcillon en 1580, & Claude de Méléand (c), Me des requeftes, en 1650.

Le fief de MONLAVILLE appartenoit, en 1657, à Charles Le Maréchal, qui époufa dans la mefme année Anne de Tiercelin de Richeville, paroiffe de La Colombe.

MORAIS étoit poffedé, en 1669, par Armand de Challet, St de Bercis & Sancheville, Anne-Marie & Théréfe de Guienne l’ont donné à l’Hôtel-Dieu de Bonneval.

 

  1. Ou Bellet.*

  2. Ou Jars.*

  3. Ou Melian.*

 

 


Partager | |